Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2013

ASSIGNATION RETARDEE POUR IMPAYES DE CHARGES.

Mél de Diane Buisson, avocat à la Cour, au syndic M Bourbonnais et avec copies à Benjamin Louzier, avocat spécialiste  en droit social et à Annie Keszey. Vendredi 15/03/2013 à 18H08.
(La présentation matérielle des méls est ici modifiée)

Cher Monsieur,
Nous revenons vers vous dans l’affaire vous opposant à Madame X-----.
Cette dernière, par le biais de son avocat, a sollicité un renvoi de l’audience du mardi 19 mars 2013 afin de pouvoir nous communiquer ses éléments de réponse.
Compte-tenu de la date de signification de l’assignation nous ne pouvons nous opposer à cette demande.
Nous ne manquerons pas de vous tenir informé de la nouvelle date d’audience.
Nous restons à votre disposition.
Bien à vous,
La lettre est prise en charge par les deux avocats.

Mél de réponse d’Annie Keszey, pour les copropriétaires, à Diane Buisson, à Benjamin Louzier et au syndic. Vendredi 15/03/2013 à 18H41.

Pouvons-nous connaître la loi ou le décret autorisant  un citoyen à repousser une date d’assignation ?, Les délais définis pour  prévenir Mme X----- de son assignation ont-ils été respectés ? Merci. Annie Keszey

Mél de réponse de Diane Buisson, avec copies à Benjamin Lauzier,  au syndic et à Annie Keszey. Vendredi 15/03/ 2013 à 19H30.

Chère Madame,

Il s’agit de l’article 15 du code de procédure civile qui impose le respect du principe du contradictoire c'est-à-dire la possibilité pour chacune des parties de pouvoir répondre en temps utile aux arguments adverses.
L’assignation devant le Tribunal d’Instance doit être délivrée au plus tard 15 jours avant l’audience, ce que nous avons fait.
Cependant, compte-tenu de l’incertitude quant aux éléments de preuve dont nous disposions dans ce dossier et de la question de savoir si nous maintenions la date d’audience du 19 mars 2013, il ne nous a été indiqué que le 28 février qu’il convenait de maintenir cette audience. L’assignation a donc été délivrée le 1er mars. Ainsi, même si nous nous opposions à cette demande de renvoi, le Tribunal l’accorderait à Mme X----- au nom du respect du principe du contradictoire.
En tout état de cause, ce délai supplémentaire va nous permettre de tenter d’obtenir des éléments supplémentaires dans ce dossier, notamment quant aux montants issus du report de l’ancien syndic.
Nous restons à votre disposition.
La lettre est prise en charge par les deux avocats.

Mél d’Annie Keszey, à Diane Buisson, Benjamin Lauzier et M Bourbonnais. Vendredi 15/03 / 2013.
21H08.
Monsieur le Syndic et  Madame, Monsieur, Maîtres enfin !
L’article 15  est positif, conforme au concept de justice.
Vous - même, Madame Buisson,  et vous,  Monsieur  Lozier , connaissiez cet article  et ne l’avez pas respecté selon ce que l’on peut déduire du 2d paragraphe et 3ème paragraphe, contradictoires, de votre réponse. Vous connaissiez, depuis plusieurs mois, la date de l’assignation et vous n’avez pas constitué  le dossier conforme, exact, complet,  en temps utile. C’est incompatible avec vos titres, en particulier celui de Monsieur  Lozier, avocat spécialiste en droit social. Pour les copropriétaires, je reconnais, M Bourbonnais, vous avoir harcelé  au sujet de ces impayés et vous avoir formulé plusieurs demandes, ce qui n’est pas de notre responsabilité, dont la dernière, insupportable pour nous  tant elle est rudimentaire,  que pour réclamer une dette, il faut en avoir les justificatifs des montants !  Vous avez réagi mais trop tard, de toute évidence. Vous n’avez pas, à ma connaissance d’aujourd’hui, réclamé les archives de comptabilité et de gestion des dix dernières années à M Bénazet de Foncia- Marceau Courbevoie. Or, vous aviez et avez l’obligation de le faire. Faites-le ! Merci. Vous en avez besoin pour le dossier X-----.
Sans engager nullement les autres copropriétaires dont je ne connais pas les avis actuellement, vous nous mettez en insécurité en nous obligeant à nous interroger sur vos compétences. Vous portez atteinte, en tout cas, aux intérêts financiers des copropriétaires à jour de leurs charges, sans que les vôtres ne soient menacés. C’est injuste.
Réglez ce problème rapidement et correctement, ce qui correspond à vos qualifications. Merci. Annie Keszey.


Les commentaires sont fermés.